Stratégie

Au 40, rue de Sèvres, entre Histoire, Art et Création

À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, Kering ouvre les portes de son siège social au public pour la troisième année consécutive. Visite guidée dans les coulisses d’un événement mêlant histoire, art et création.

« Un choc esthétique » : voilà ce qu’a ressenti François-Henri Pinault, le Président-Directeur général de Kering, la première fois qu’il a découvert le 40, rue de Sèvres, alors qu’il était en quête d’un nouveau siège social pour son groupe. Le site est plus grand que ce qu’il recherche, les travaux de réhabilitation s’annoncent longs et complexes, mais le caractère unique de ce joyau patrimonial le convainc – la Maison Balenciaga, qui recherche alors également de nouveaux locaux, occupera une partie des espaces.

Dix ans d’étude et six ans de travaux

Il faudra dix ans d’étude et six de travaux pour mener à bien la réhabilitation de ce qui était encore l’hôpital Laennec jusqu’en 2000. Le bâtiment fondé en 1634 a en effet subi de nombreuses atteintes à son apparence originelle liées aux contraintes et aux exigences de la pratique hospitalière. Des solutions sont trouvées pour permettre la transformation des espaces intérieurs sans porter préjudice à l’intégrité du lieu – dans le respect, notamment, des espaces classés ou inscrits, comme la chapelle centrale édifiée sous Louis XIII. Sous la direction de Benjamin Mouton, architecte en chef des Monuments historiques, le 40, rue de Sèvres retrouve peu à peu sa physionomie historique, sa beauté sobre et élégante. Kering s’implique étroitement dans le chantier, veillant notamment à l’excellence environnementale du siège – l’un des tous premiers bâtiments historiques à obtenir les certifications HQE et BREEAM – mais aussi à offrir aux collaborateurs un cadre moderne, inspirant et vivant. Pour François-Henri Pinault, le 40, rue de Sèvres doit être un lieu ouvert sur le monde. C’est pourquoi le Groupe décide d’inscrire son siège aux Journées du Patrimoine en septembre 2016, quelques mois à peine après l’installation des équipes. « Il était naturel d’accueillir le public et, en particulier, les gens du quartier qui ont vécu les travaux pendant plusieurs années, se souvient François-Henri Pinault. Notre rôle est de préserver, d’embellir et de transmettre ce patrimoine parisien ». Dès la première édition, Kering conçoit un événement atypique, dépassant la seule mise en valeur du bâtiment pour proposer un véritable dialogue entre histoire et création, patrimoine et art contemporain. Les visiteurs peuvent ainsi admirer des pièces tirées des archives de la Maison Balenciaga ainsi qu’une sélection d’œuvres d’art contemporain issues de la Collection Pinault. Succès immédiat : 11 000 riverains, Parisiens et touristes venus de loin se pressent aux portes du 40, rue de Sèvres.

2018 : l’art du partage

Cette année, pour la troisième participation de l’ancien hôpital Laennec, le thème des Journées Européennes du Patrimoine ne pourrait être mieux adapté à la vision et à la volonté initiales de François-Henri Pinault : « L’art du partage ». Ainsi, Kering a souhaité́ faire découvrir l’histoire de ce lieu exceptionnel de manière ludique : grâce à une collaboration avec la start-up française Timescope, les visiteurs pourront vivre une véritable immersion dans un pan de l’histoire du lieu, au travers d’un film en réalité virtuelle offrant un aperçu de l’activité́ de l’hôpital il y a 120 ans. De son côté, la Maison Balenciaga va diffuser pour la première fois des extraits de films totalement inédits, réalisés entre 1960 et 1968, présentant les collections de Haute Couture de Cristóbal Balenciaga.  Des images retrouvées récemment et restaurées par le département archives de la Maison qui constituent un document inestimable.

Journées du Patrimoine

Trésor national

Autre temps fort de ces Journées du Patrimoine, illustrant parfaitement la volonté de Kering de faire dialoguer patrimoine et art contemporain : l’exposition « Reliquaires ». Installée dans l’ancienne chapelle de l’hôpital, elle rassemble, cette année encore, une sélection d’œuvres issues de la Collection Pinault et signées par les plus grands artistes contemporains – Camille Henrot, Damien Hirst, James Lee Byars, Giuseppe Penone, Huang Yong Ping et Günther Uecker. Fragments croisés entre patrimoine d’époque et création contemporaine, toutes les œuvres évoquent la splendeur des collections de reliques dans les grandes églises occidentales… en écho à un objet exceptionnel, présenté pour la première fois au public : le coffret reliquaire d’Héloïse et Abelard ! Kering a en effet répondu à l’appel du Ministère de la Culture et de la Communication afin de garder ce « trésor national » sur le territoire français. Renfermant les reliques des plus célèbres amants français du Moyen Âge ainsi que plusieurs documents liés à leur histoire, le coffret rejoindra ensuite les collections de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Une nouvelle illustration de la volonté de Kering de faire dialoguer histoire et création.